Rechercher

Archives

21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 10:29

Je n'échappe pas à l'air du temps, et notamment aux séries télé ! Ces mois-ci, je regarde Girls, Newport Beach et Downton Abbey.

Girls, c'est LA série que Télérama (et d'autres, bien sûr), aime très très fort. La série des vingtenaires des années 2010, avec une crise bien bien installée qui rend l'emploi rare et encore plus rarement épanouissant. La série dans l'esprit de Judd Apatow, le réalisateur de nombreuses comédies américaines que j'aime beaucoup, d'ailleurs Apatow est dans l'équipe derrière la série; conséquence, c'est une série qui parle très librement, notamment de sexe. Qui parle et qui montre (je n'ose imaginer ce qu'en pensent des fondamentalistes). Hannah et ses amies sont très représentatives de cette tranche d'âge des adulescents dans nos pays occidentaux: entre indépendance et quête de repères, entre volonté de croire en quelques principes/rêves/idéaux et un réel qui ne manque aucune occasion d'exiger de rentrer dans des cases. Des cases dont la pertinence est pour le moins discutable, des cases qui seraient supportables s'il y avait de la place pour tout le monde. Mais non, le monde d'aujourd'hui se conçoit difficilement en collaboration, davantage en concurrence. Se construire dans un tel contexte, ça donne du "bizarre", et c'est le terme qui me vient le plus souvent à l'esprit en regardant les deux premières saisons de Girls. Du "bizarre" qui pourrait faire lâcher la série, tellement les situations et les personnages sont déroutants, complexes. Intérieurement, j'émets beaucoup de "WTF ?!"... Pourtant, sans qu'on sache trop comment, Girls est la série d'une génération tourmentée qui parvient à devenir attachante.

Newport Beach, série culte pour certains, c'est une autre époque, un autre style. Oh, la différence n'est pas grande, on n'est pas en 2011, juste en 2002. Pas dans les classes moyennes, mais chez les riches.
Donc pas grand-chose à voir avec Girls. En revanche, les points communs avec Gossip Girl sont innombrables: des adolescents (lycée) très riches, avec un garçon outsider, qui commence une histoire d'amour avec une blonde qui a certaines fragilités et une meilleure amie brune qui brille par sa superficialité (apparente, bien sûr), des mères qui ont des relations avec des lycéens, ou qui se séparent, un chef de clan intraitable ultra-riche mais pas forcément ultra-probe (qui est joué par le même (!) acteur, Alan Dale, Caleb Nichol dans Newport Beach et Bart Bass dans Gossip Girl), la bande-son est soignée (davantage dans Newport Beach d'ailleurs). Il y est question d'histoires de coeurs, de rangs sociaux, de soirées huppées, d'addictions, de relations familiales complexes, de projets financiers...
Quelques différences néanmoins. Newport Beach se situe dans à Orange County (d'où le titre américain de la série, the O.C.), les plages de Californie... Gossip Girl se passe dans l'Upper East Side new-yorkais (on s'encanaille jusqu'à Brooklyn), une poignée d'années plus tard (2007). Newport Beach présente des personnages parfois énervants de naïveté et d'inconscience, là où Gossip Girl peut effrayer par son cynisme complètement assumé. A l'issue de la première saison de Newport Beach, un constat: il manque un Chuck Bass...

Enfin, Downton Abbey, dont j'ai vu les trois saisons disponibles avec leurs téléfilms additionnels pour Noël. C'est ma série préférée, et de loin. Il y a tout. L'Histoire, les relations sociales dans une grande propriété britannique du vingtième siècle, de l'amour, des luttes d'influences, des drames, de la saga tolstoïenne avec des accents tchekhoviens (tiens, je n'ai que des références russes ?!)... Une réalisation absolument irréprochable, tant du point de vue des scénarii, des images, des dialogues, des paysages, bref le meilleur de ce que les Anglais savent faire, et ils sont vraiment excellents dans ce domaine. Un coup de coeur, complet.
Pour ceux qui ne connaissent pas, c'est l'histoire d'un grand domaine, de ceux qui définissent la noblesse, en Angleterre; avec sa famille (Lord Grantham, sa mère jouée par la toujours extraordinaire Maggie Smith, sa femme américaine, leurs trois filles en âge de se marier, d'autres membres de la famille) et toute leur domesticité et sa hiérarchie. L'originalité de la série est de suivre ces deux groupes de la même façon à travers le vingtième siècle. Cela va du cocasse (l'arrivée du téléphone et du grille-pain) au tragique (la Grande Guerre), en passant par un monde qui tremble sur ses fondements séculaires. Car - l'histoire est la même dans tous les pays (la France à une autre époque, la Russie...) avec une telle organisation sociale -, les nobles ont un rang à tenir, ils sont conscients de leur rôle économique d'employeur pour toute une région, mais n'ont aucune aptitude pour gérer leur domaine de façon à qu'il soit viable à défaut de rentable. Il faut le renflouer à coup de mariages où on troque titre contre liquidités. Mais, encore une fois, les temps changent. Les privilèges des uns sont remis en cause, beaucoup (certains domestiques, mais aussi les femmes) aspirent à plus de liberté ou à des chances d'évoluer. Downton Abbey montre tout cela, sans juger ni les uns ni les autres, avec finesse, brio, et humanité. A la fois une leçon d'histoire, un exemplier sociologique, dans des décors et des costumes somptueux, avec des dialogues ciselés et ne manquant pas d'humour. Vous l'aurez compris, un chef d'oeuvre !

Trois séries plus ou moins nouvelles (Girls, Newport Beach, Downton Abbey)
Trois séries plus ou moins nouvelles (Girls, Newport Beach, Downton Abbey)
Trois séries plus ou moins nouvelles (Girls, Newport Beach, Downton Abbey)
Repost 0
Published by davveld - dans TV et séries
commenter cet article
12 mai 2009 2 12 /05 /mai /2009 21:26


Les coffrets des deux premières saisons étaient à prix cassés à Auchan, il y a quelques semaines. Je n'avais jamais vu un seul épisode de cette série avant de les acheter, mais j'ai fait confiance au "bouche à oreilles" très favorable... tout en me disant de ne pas commencer avant les grands week-ends de mai. J'ai bien fait, car la première saison a été dévorée du jeudi 30 avril soir au dimanche 3 mai midi, en sus de la foultitude de mes activités habituelles. Et j'ai terminé la seconde saison dimanche 10... Je commence ce mardi la saison 3. Accro !

Pourquoi en DVD ? Parce que je ne supporte la VF des chaînes françaises, mais aussi pour le côté pratique des DVD. Pas de risque de sanction graduée ou non, accessible même sans connection internet, sans occuper de la place sur un disque dur...

Nouveau Friends ? Probablement, car de très nombreux ingrédients sont similaires (NYC, la coloc', le bar, le bartender, les taxis, et bien sûr le type d'histoires). Evolution quand même (dix ans après Friends) avec des dialogues nettement plus explicites/directs. Récemment, le Monde anticipait un essoufflement des séries US. J'espère qu'il n'en sera rien !

Repost 0
Published by davveld - dans TV et séries
commenter cet article
28 avril 2009 2 28 /04 /avril /2009 22:10

Je suis fan de Mélanie Laurent. Mais je n'avais pas encore vu l'un de ses premiers grands rôles, celui de Lily dans Je vais bien, ne t'en fais pas. Pour une fois, malgré les horaires télévisés qui correspondent de moins en moins à mon rythme de vie, malgré le tapage de mes voisins qui regardaient une autre chaîne, j'ai réussi à regarder attentivement la plus grande partie du film, diffusé sur France 3 ce mardi soir. D'habitude, pas moyen de me concentrer sur mon écran de télé: celui de l'ordinateur me fait de l'oeil.
Bref, Je vais bien, ne t'en fais pas (réalisé par Philippe Lioret, le même que Welcome), c'est l'histoire d'une jeune fille qui rentre de vacances et ne retrouve pas son frère jumeau, qui serait parti de la maison après une dispute avec son père (Kad Merad, bien meilleur qu'en clown). Depuis, plus de nouvelles. Lily (Mélanie Laurent, donc) perd l'appétit. Plongée dans l'horreur du totalitarisme psychiatrique. Puis une lettre de son frère. Elle remonte la pente, à l'aide d'amis. Mais continue à chercher ce qui a pu se passer, et où se trouve son frère. Les surprises ne sont pas toujours bonnes.
Le film est bouleversant. On y parle bien sûr des relations entre parents et enfants, mais aussi de ces perspectives d'avenir qui divergent entre générations et entre "classes" (avec un "petit quelque chose" autour de la diversité et de l'élitisme que je n'arrive pas à exprimer proprement pour le moment, mais très bien vu et original), de ces équilibres entre personnes et arrangements avec la vérité nécessaires pour vivre.

Pour en savoir plus: Télérama
Repost 0
Published by davveld - dans TV et séries
commenter cet article
21 mars 2008 5 21 /03 /mars /2008 00:41

Hier soir, ciné oblige, je n'étais pas devant ma télé en prime-time. Mais j'avais programmé l'enregistrement (une chose que je n'avais pas faite depuis des années, parce que j'ai accumulé dans le passé tellement d'enregistrements que je n'ai toujours pas fini de regarder que j'avais fait le choix de ne plus enregistrer). Car France 5 diffusait Les clés de l'orchestre, une déclinaison de La leçon de musique de Jean-François Zygel. Ce jeudi, c'est la Symphonie du Nouveau Monde d'Antonin Dvorak qui était disséquée. Une oeuvre au programme des cours de solfège que j'ai suivi au Conservatoire de Tours en 1995-96, absolument géniale. Je me suis donc tout de suite mis à regarder l'émission enregistrée, et elle était tout simplement magique. A frissonner. Le service public, quand il veut...

Repost 0
Published by davveld - dans TV et séries
commenter cet article
15 mars 2008 6 15 /03 /mars /2008 22:40

sais2off06.jpg


7 à la maison (7th Heaven, en VO américaine), c'est le quotidien d'une famille: un père pasteur, une mère au foyer, cinq enfants (deux garçons, trois filles)... Ca ne vous rappelle rien ??? Moi, si. Il y a la réalité, et puis la série américaine, longue de onze saisons pour le moment, créée en 1996 et diffusée depuis 1999 sur TF1. Quand j'étais (un (tout petit)) plus jeune, j'en ai regardé quelques épisodes avec mes soeurs et frère. C'était à Roubaix.

Parce que si ça ne vous rappelle rien, nous, on était bien obligés de faire le lien ;) Ne serait-ce que pour affirmer que la série n'a rien à voir avec notre vécu !

Donc quand une de mes soeurs avait trouvé le coffret de la saison 1 en DVD, et moi celui de la saison 2, je n'ai pas hésité à m'y mettre de façon suivie. Je viens de finir la saison 2.

  • Il y a d'abord l'argument du DVD. Une série télé, ça se regarde mieux quand on choisit l'horaire, qu'on peut faire une pause, qu'on peut regarder autant d'épisodes qu'on le veut à la suite. C'est mieux sans publicité. C'est mieux en VO.
  • Il y a l'argument "série reposante", dans le sens qu'à la différence de 24, Lost, et autres excellentes séries dont je suis accro, on peut regarder des épisodes sans craindre de laisser notre imagination nous jouer des tours une fois l'épisode fini (alors que des scènes de tortures dans 24, avant de se coucher, c'est pas terrible, en tous cas en ce qui me concerne). Ca fait du bien de changer. Pour mieux replonger après, bien entendu ;)
  • Je peux aussi identifier un argument "nostalgie"; voir les premières saisons me rappelle quelques épisodes vus quand j'étais plus jeune, avec un autre ressenti bien entendu.
  • Impossible de nier un argument "plaisir", des personnages auxquels on a envie de s'identifier, ne serait-ce qu'un peu. A se rêver à leur place. Le côté "addiction" des séries, bien connu.
  • Enfin, une des raisons est, pour le dire noblement, d'ordre "sociologique". Cette série, d'un esprit moral (moralisant, voire moralisateur) est perçue d'une certaine façon dans la France (parfois ultra-)laïque du vingt-et-unième siècle. Ce n'est pas par hasard qu'elle est diffusée sur TF1. C'est dans la même veine que le 13h de Pernaut (ce qui est loin d'être un compliment !!!). Parmi mes amis, majoritairement de centre-gauche (je pense), 7 à la maison est sûrement perçue comme une série représentative des Etats-Unis des années Bush, que ne renierait pas notre président, etc... Et c'est vrai que les situations décrites sont assez caricaturales (des problèmes -certains vraiment ridicules, d'autres vraiment sérieux- présentés comme dramatiques qui trouvent tous des résolutions quasi-miraculaires au bout des 40 mn de l'épisode), que les "bons sentiments" rendent quelques scènes "dégoulinantes" de mièvrerie, et que le comportement idéal de chacun est établi de façon vraiment très très stricte (rapport aux relations filles/garçons, politesse, résultats scolaires, sans parler de l'alcool, du tabac, de la drogue...). Le pasteur et sa famille sont supposés être parfaits, des modèles pour leur entourage et au-delà. De même, un peu à l'image de l'idéologie néo-conservatrice de l'entourage de Bush Jr, on n'aide que ceux qui commencent par s'aider eux-mêmes, et le font par des groupes de parole dans une église. On le voit, les messages de la série s'inscrivent dans un terreau spécifique loin d'être consensuel.

Je ne regarde donc pas la série de la même façon qu'il y a sept ou huit ans. Elle a le mérite de poser un certain nombre de questions, et de proposer des réponses (cohérentes dans le cadre d'un mode de pensée, mais quand on n'est pas à l'aise avec ce mode de pensée c'est une autre histoire). J'espère que j'aurais l'occasion d'en parler avec quelques Américains...

Repost 0
Published by davveld - dans TV et séries
commenter cet article
17 février 2008 7 17 /02 /février /2008 22:52

losts3.jpg
J'ai fini ce midi de regarder les DVD de la saison 3 de Lost (avec un sacré décalage avec la saison 2 au point de vue calendrier). Je n'ai pas été déçu. On a l'impression d'avoir pas mal avancé dans les nombreuses énigmes des saisons précédentes, même si de nouvelles questions surgissent encore plus rapidement. Les lignes se sont franchement recomposées. 

Quelques regrets néanmoins, que l'on n'ait pas eu plus de flashbacks des "Autres" (Ben, Juliet, c'est bien, mais j'aurais bien aimé un peu plus sur Tom, et surtout les deux ados, Karl et Alex quitte à supprimer certains sur Jack, d'autant plus que les derniers sont tirés par les cheveux); mais aussi qu'on ait du abandonner si rapidement autant de rescapés de l'arrière (ceux de la saison 2); et puis, ces "hatches" (je le regarde en VO) qui apparaissent à chaque fois qu'on en a besoin, c'est un peu facile.

Mais ce sont des regrets mineurs, et même si je trouve que la chute de l'épisode 23 est vraiment moyenne, j'ai hâte de voir la 4 ! (Dire que c'est parti pour dix saisons !).

Toujours plus d'infos sur Lostpedia (attention spoilers sur la saison 4 qui vient de débuter aux States !).

Repost 0
Published by davveld - dans TV et séries
commenter cet article
23 novembre 2007 5 23 /11 /novembre /2007 23:00

J'aime bien la série 24, dont la saison 6 commence sur Canal + ces jours-ci. Bon, comme je n'ai pas Canal +, je devrais soit attendre les DVD, soit m'en passer, vu ce qu'en pense Télérama. Cette critique de Télérama met en avant une petite parodie. Imaginez, Jack Bauer il y a plus de dix ans... Ca donne ça :

 

Repost 0
Published by davveld - dans TV et séries
commenter cet article
15 novembre 2007 4 15 /11 /novembre /2007 22:53

Arte diffuse ces semaines les chefs d'oeuvre de Stanley Kubrick. Les lundis et jeudis, pour être précis. Je n'avais pas trop aimé 2001 L'odyssée de l'espace (+ sur Arte.tv) étant plus jeune, et de toute façon lundi dernier je n'avais pas le temps.

660786-property-imageData.jpgMais j'avais adoré Docteur Folamour. Il est passé ce soir. Dommage que la version multilingues ne proposait pas de sous-titres, parce que les différents accents ne sont pas forcément évidents à comprendre (et je préfère ne pas regarder un film comme celui-ci que de le regarder en VF). C'est vraiment un film d'anthologie. Je me rappelle, à l'IEP, il y a 4 ou 5 ans, l'association de cinéma avait organisé une projection avec un commentaire intéressant... Excellent film + bon souvenir = une soirée très sympa ! (+ sur Arte.tv; sur Télérama)

1736628-property-imageData.jpgEt lundi, c'est au tour de Lolita. Comme j'ai lu le livre et viens de voir la bande-annonce sur Arte, c'est sûr, je vais le voir ! (+ sur Arte.tv; sur Télérama)

Repost 0
Published by davveld - dans TV et séries
commenter cet article
21 août 2007 2 21 /08 /août /2007 18:12

dh-800x600-cast-03.jpg


J'ai fini de regarder ce week-end le coffret DVD de la saison 2 de Desperate Housewives... Et je trouve la série toujours aussi géniale ! Bien sûr, Télérama la trouve moins subversive que Weeds (que je n'ai pas vu). Mais quand même, c'est un style vraiment à part, où l'on rit beaucoup malgré des situations pas toujours drôles (cérémonies d'obsèques, rapts d'enfants, manipulations familiales machiavéliques, incendies, et j'en passe).  Un rythme vif, des rebondissements intelligents, des actrices et acteurs très doués, c'est vraiment excellent.

La fin de la saison est cependant un peu moins "chargée de suspense" que celle de la première, je trouve, mais ce n'est pas grave ! Autre léger bémol, la multiplication des intrigues et la complexité des personnalités des différents personnages rend (et rendra) difficile de suivre de façon bien suivie tout ces parcours, ces "trajectoires biographiques" comme diraient les sociologues. Parce qu'on se prend d'intérêt pour beaucoup d'entre eux (ça c'est un compliment), on risque de se disperser ou d'être déçu si l'un ou l'autre est un peu oublié.

Repost 0
Published by davveld - dans TV et séries
commenter cet article
26 juin 2007 2 26 /06 /juin /2007 22:36

C'est ce qu'on appelle un bon échange. J'ai prêté à Marion, la stagiaire de PRSF, la BD Aya et les DVD des saisons 1 et 2 de Lost. Elle m'a prêté sa collection de films d'animation, histoire que je rattrape quelques retards impardonnables.

177127.jpgJ'ai commencé en regardant dimanche Shrek, et ce soir Shrek 2. Et je suis devenu fan ! J'irais probablement voir le troisième prochainement... Plein de références, de très belles images (impressionnant, quand même, ce qu'on peut faire avec des ordinateurs), une histoire sympa, des personnages tordants, une musique efficace... 

C'était vraiment bien de secouer l'hégémonie Disney. Avant les fusions en tout sens, Dreamworks, Pixar et les autres ont apporté un nouveau souffle à l'animation. Pour le plus grand bonheur des petits et des grands !

Il y a encore d'autres trésors dans la collection. Il faut bien ça après des journées de boulot assez stressantes...

Repost 0
Published by davveld - dans TV et séries
commenter cet article

En Savoir Plus

Catégories