Rechercher

Archives

22 septembre 2010 3 22 /09 /septembre /2010 23:13

9782253012726.jpg

 

L'Ecosse, destination de mes dernières vacances... L'occasion de relire des classiques (au rayon BD: Tintin: L'Ile Noire; Blake et Mortimer: L'affaire Francis Blake), y compris de mon enfance/pré-adolescence, avec Les Indes noires, de Jules Verne, qui se déroule essentiellement sous le sol écossais, univers minier oblige. Je croise d'ailleurs fréquemment cet univers de la mine, ayant vécu à Saint-Etienne, Alès, et dans le nord de la France; et puis j'ai lu Germinal  presqu'autant que Les Indes noires. Ces visites de musées et ces lectures m'invitent à un grand respect envers celles et ceux qui ont passé du temps dans cette industrie. La notion de pénibilité du travail n'existait pas à l'époque, et pourtant...

 

Bon, Jules Verne est un écrivain très conventionnel et ce ne sont pas ses écrits qui appelleront ses (jeunes et moins jeunes) lecteurs à la révolution ou à l'immoralité, bien au contraire. Les héros sont des saints. La science progresse inéluctablement pour le plus grand bien de l'humanité... Jules Verne ne prend pas trop de risques !

 

Revenons aux Indes noires. C'est l'histoire d'une mine de charbon en Ecosse qui a fermé, faute de charbon. Jusqu'à ce qu'un ancien mineur, qui continue à vivre dans la mine, rassemble les éléments prouvant l'existence d'un nouveau filon. Mais les accidents se multiplient pour empêcher la ré-ouverture de la mine. Êtres surnaturels et légendaires, ou malveillance humaine ? Le mystère plane.

 

Marrant à relire pour retrouver des toponymes évoquant les vacances, le roman ne prend pas de nouvelles dimensions ou colorations quand son lecteur mûrit, ce qui en réduit considérablement l'intérêt. Dommage.

 


 

Pour en savoir plus:

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories