Rechercher

Archives

24 juin 2013 1 24 /06 /juin /2013 12:11

Dimanche 23 juin
Paris 6, UGC Montparnasse

BELLE DU SEIGNEUR

De G. Bonder (2013)

"Librement adapté" d'une oeuvre romanesque d'Albert Cohen (que je n'ai pas lu, mais dont je découvre le succès sur mon encyclopédie en ligne préférée - ainsi que le côté fresque), le film mêle deux univers. Celui de la Société des nations, entre 1935 et 1937, quand le monde bouillonne, quand les régimes totalitaires mettent à rude épreuve les diplomaties et les démocraties, quand les compromissions douloureuses préparent les tragédies à venir. Et celui de deux amants à la relation que j'ai du mal à qualifier. Lui, Solal des Solals, marié, occupe l'un des postes les plus en vu de la Société des nations; d'origine juive, il s'insurge contre les lenteurs (intéressées) de la négociation diplomatique alors que des groupes sont clairement dans le collimateur des Mussolini et Hitler, pour ne citer qu'eux. Elle, Aline de Deume, épouse d'un subordonné de Solal, résiste d'abord au numéro assumé de Don Juan que lui fait Solal. Mais elle finit par succomber. Leur relation connaîtra des jours heureux en Italie (à Stresa, dans l'une des villas près des îles Borromées visitées il y a quelques années, et symbole aussi des reculs des démocraties) avant de se dégrader du fait des névroses de Solal, qui révèle l'étendue de sa perversité. Ca donne une impression de malaise...

Le film est bien réalisé, avec dans les rôles principaux Jonathan Rhys Myers, très troublant, Natalia Vodianova, très juste dans un rôle peu évident. Dans les personnages secondaires, Marianne Faithfull et même une apparition de notre "Jack" Lang national en diplomate à la Société des nations (c'est bien, il a compris que son époque était le passé). Apparemment franco-luxembourgeois par sa production, brésilien par son réalisateur, anglais par sa version originale, le film est donc en anglais et se promène entre Genève et l'Italie des Grands Lacs (alors que le roman se déroule en partie en France, étonnamment absente dans le film). La bande-son, classique, est de bonne tenue. Donc sur le plan technique, un bon film. Mais je n'aurais pas "beaucoup" aimé Belle du Seigneur à cause de cette histoire d'amour déconcertante.

Belle du Seigneur

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories