Rechercher

Archives

17 novembre 2012 6 17 /11 /novembre /2012 22:32

Vortex-grand.jpg

 

Suite, et fin, du cycle de Spin, publiée en VO en 2011 et en français chez Denoël depuis la fin de cet été; c'est donc une nouveauté. Troisième opus, et troisième série de personnages, avec bien entendu des passerelles avec les précédents tomes. Ici, Turk Findley et Isaac Dvali (apparus dans  Axis) ont fait un bond de 10000 ans dans le futur après avoir franchi un "arc" reliant deux mondes, ces arcs mis en place par les Hypothétiques avec le Spin (le Spin est un filtre qui enveloppe la Terre, ralentissant les effets du temps et de l'agonie du soleil sur la planète, permettant de prolonger la survie de l'espèce humaine). Ils se retrouvent sur Vox, où une partie de l'humanité vit, une humanité particulière puisqu'après mise en place d'un implant sur chaque être, les femmes et les hommes interagissent comme une entité collective. Cela a des conséquences heureuses pour la compréhension et la régulation du groupe, mais bien sûr c'est quand même une privation de liberté, qui ne satisfait pas tout le monde...

 

Vortex reprend une ficelle efficace de la narration moderne, en proposant deux récits en parallèle. Outre celui de Turk Findley, Treya/Allison et Isaac sur Vox, nous sommes aussi sur Terre, à l'époque du Spin, c'est-à-dire avec un climat affecté par les événements. Nous suivons une médecin et un policier, amenés à prendre en charge un jeune homme, Orrin, qui semble intéresser beaucoup de monde. Il détient notamment des carnets parlant d'un certain Turk Findley, contrebandier notoire... Orrin les a-t-il écrit, comme il le prétend, mais contrairement à toute vraisemblance ? Est-il malade, ou a-t-il accès à des informations sensibles ?

 

J'ai préféré Vortex au deuxième épisode, Axis, et autant apprécié le troisième que le premier. Probablement parce qu'une partie du récit se déroule aussi sur Terre. Et aussi du fait de quelques éléments de réponse sur le Spin et les Hypothétiques, même si tout n'est pas dit, et tout n'est pas dit clairement ! Mais l'ensemble du cycle est cohérent, bien mené, bien articulé, plaisant à lire. L'auteur a à la fois développé un monde bien particulier, suffisamment complexe pour entraîner le lecteur, et réussi à ne pas disperser son intrigue.

 

"Sandra ne reconnut pas le flic qui l'avait conduit là, ce n'était pas un des habitués. Rien d'étonnant en soi: amener au centre d'admission du Texas State Care des mineurs appréhendés ne figurait pas parmi les tâches les plus nobles aux yeux des policiers de Houston. Curieusement, celui-ci semblait pourtant prendre un intérêt personnel à sa mission. Il n'inspirait aucun mouvement de recul au garçon, qui restait au contraire tout près de lui, comme pour rechercher sa protection. Une main fermement posée sur l'épaule d'Orrin, l'agent dit quelques mots que Sandra n'entendit pas, mais qui parurent apaiser les angoisses du garçon." (page 8)

 

"Elle aurait aimé rester très longtemps au lit - et sans doute le pouvait-elle, étant dans les faits (bien que de manière encore officieuse) au chômage et n'ayant nulle part où aller... Un réflexe calviniste lui fit toutefois prendre sa montre sur la table de chevet. Midi, un peu passé. La moitié de la journée perdue. Scandaleux." (page 216)

 

"Je voyais qu'elle ne me croyait pas.
"Qu'avez-vous l'intention de faire, alors ? Vagabonder pour l'éternité dans la galaxie ?"
Comme une bouteille à la mer.
"Il y a longtemps, ai-je dit, parmi les nombreux livres que possédait mon père, j'ai lu ceux d'un certain Rabelais. Quand il a appris qu'il mourait, Rabelais a dit: Je m'en vais chercher un grand peut-être."
Je lui ai traduit la phrase.
"Mais il n'a trouvé que la mort."
J'ai souri. "Peut-être."
Elle a souri à son tour, mais je pense qu'elle avait pitié de moi.
J'ai fait mes adieux à Allison et à Turk. Allison m'a supplié d'accepter la proposition de l'ambassadrice, et de rester, incarné ou non. Elle a pleuré quand j'ai refusé, mais je me suis montré inflexible. Je ne voulais pas d'une autre incarnation. Je n'avais ni cherché ni voulu l'actuelle." (page 330)

 

 

 


Pour en savoir plus:

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories