Rechercher

Archives

31 octobre 2010 7 31 /10 /octobre /2010 13:27

Samedi 30 octobre

Paris 20, MK2 Gambetta

 

THE SOCIAL NETWORK

De D. Fincher (USA, 2010)

 

19534550.jpg

 

TELERAMA

 

Mon appréciation: 8/10

 

Ce qu'est devenu Facebook est fascinant. En quelques années, il est devenu une drogue pour des centaines de millions d'internautes à travers le monde. Difficile pour moi d'essayer d'imaginer ma "consommation" d'Internet sans Facebook. Alors, même si je suis assez "conscient" de la rapidité d'évolution des nouvelles technologies, je reste surpris de constater que l'embryon de Facebook date de 2004 seulement. Hier, en somme. Que j'ai dû me connecter en 2006-2007, dans l'une des phases d'ouverture du réseau (alors encore uniquement en anglais).

 

The social network, comme l'ont souligné de nombreuses critiques, n'est pas une hagiographie ou un procès à charge contre Mark Zuckerberg, cet étudiant de Harvard qui a "créé" Facebook avec une poignée de copains programmeurs. Des histoires d'ados pas très mûrs, un réel talent informatique, et c'est à peu près les éléments à l'origine de Facebook. Voulant se venger de la fille qui l'a plaquée, ne supportant plus sa condescendance, Mark pirate les trombinoscopes de la faculté et invite les étudiants à noter les photos des étudiantes selon leur photo. Résultats: le serveur de Harvard plante, des dizaines d'étudiantes se plaignent, quelques-uns abordent le hacker pour créer un réseau social sur Internet. Le jeune Mark suit son intuition, et en quelques semaines, TheFacebook est mis en place. Le succès est phénoménal et immédiat. Et bien sûr, Mark, qui vit dans sa bulle, rêve toujours plus grand... alors qu'il ne sait toujours pas s'y prendre, ni avec les filles, ni avec d'éventuels partenaires, ni avec son unique "ami" dans la vraie vie. The social network nous montre l'incroyable propagation de Facebook mais aussi les nombreuses bourdes de Mark et les procès qui s'enchaînent.

 

D'autres l'ont dit, on ne voit pas passer les deux heures du film. Bravo au réalisateur et au scénariste, pour ce portrait tout en complexité d'une personne (de mon âge) à l'influence considérable. Les acteurs sont parfaits, la musique contribue efficacement au rythme haletant, bref, parce qu'il nous parle de nous, de nos éclairs de génie (que les nouvelles technologies dotent d'un potentiel au niveau planétaire), de nos médiocrités, de nos rêves et de nos maladresses, The social network est précieux. C'est, en soi, une très bonne surprise.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories