Rechercher

Archives

31 décembre 2011 6 31 /12 /décembre /2011 10:52

9782070719617FS.gif

 

De la philosophie ? Eh oui, il y en a dans mon cursus, et du coup dans mes lectures. Mais à des quantités qui restent assez réduites, témoin le titre de cet ouvrage. Sören Kierkegaard est un auteur incontournable dans des études de théologie protestante; une journée d'études à la fac l'an dernier avait constitué une bonne première approche de ce penseur danois de la première moitié du dix-neuvième siècle, un "romantique" comme l'époque savait en susciter.

 

Parues en 1844, sous le pseudonyme de Johannes Climacus (Kierkegaard raffolait des pseudonymes, qui ne faisaient pas illusion à Copenhague), les Miettes philosophiques, d'une centaine de pages en français, ont été suivies d'un Post-scriptum aux miettes philosophiques, ouvrage bien entendu considérablement plus long (et que je n'ai pas -encore ?- lu).

 

De quoi est-il question dans ces Miettes ? De vérité, et de la façon dont l'être humain peut la connaître. La vérité se comprend ici en relation avec la divinité. Kierkegaard interroge la pensée socratique; l'être humain a-t-il en lui, en son essence, la vérité ? Si non, comment lui est-elle donnée ? Si oui, pourquoi ne la connaît-il pas d'emblée, comment la découvre-t-il ? S'ensuivent des développements sur la relation maître/disciple, la conversion, la naissance et la re-naissance, le devenir, le péché, le paradoxe, le scandale... aboutissant notamment à la foi. Une philosophie du temps, de la transmission, et une théologie de l'incarnation traversent les Miettes, qui se révèlent assez faciles d'accès pour le philosophe novice, ce qui est encourageant.

 

Plus qu'à rédiger une fiche de lecture (un peu plus longue et formelle que cette courte recension)...

 


 

Pour en savoir plus:

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories