Rechercher

Archives

28 mai 2011 6 28 /05 /mai /2011 23:05

le-gout-apre-des-kakis.jpg

 

Oui, encore Zoyâ Pirzâd, mais c'est bien simple, son écriture est tellement exceptionnelle qu'on est subjugué par chaque texte et qu'on en redemande ! Le goût âpre des kakis, c'est le premier livre qui m'avait fait connaître l'écrivain iranienne, lors d'une rencontre à ma librairie, pour un cadeau d'anniversaire. Les livres de Zoyâ Pirzâd constituent d'ailleurs des présents de choix... C'est encore le cas, c'est pour éminents services rendus à la communauté estudiantine de 1ère année à l'IPT (enfin, c'est Christian qui tenait à me remercier) que je me suis fait offrir ce dernier recueil traduit en français.

 

Zulma (la maison d'édition) fait honneur à sa réputation et fournit un écrin à la mesure du texte, avec une couverture, des caractères et une maquette magnifiques (un bel objet qui pourrait sauver l'édition, c'est la bonne intuition à laquelle on a envie de croire).

 

Dans ces nouvelles, Zoyâ Pirzâd transforme à nouveau l'insignifiant du quotidien en instantanés bouleversants de vies d'hommes et (comme d'habitude) surtout de femmes. Thématique particulièrement développée dans les cinq récits rassemblés dans Le goût âpre des kakis: celle de la maison au sens d'espace où un couple, une famille, voire une communauté de personnes (certains propriétaires, d'autres locataires) vit, naturellement, mais surtout où se tissent et se défont relations, où se construisent, se forgent et s'opposent des personnalités. Zoyâ Pirzâd a le sens du mot juste, elle a aussi un talent assez troublant pour suggérer sans écrire. Pas de devinettes, mais des portes entr'ouvertes.

 

Je me laisse aussi surprendre, probablement à dessein parce que ce n'est pas la première fois, par ce peuple iranien donné à approcher par la littérature. Avec ses intemporalités, et ses modernités. Avec un statut de la femme loin d'être aussi caricatural qu'on se plaît à le penser en "Occident". Une universalité et une originalité mêlées avec une authenticité flagrante. La surprise constitue à chaque fois un ravissement.

 


Pour en savoir plus:

*: Le Goût âpre des kakis a été récompensé du Prix Courrier International du Meilleur livre étranger 2009.

 

Déjà lus et recensés de Zoyâ Pirzâd sur ce blog:

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories