Rechercher

Archives

24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 01:57
250px-Carl Maria von WeberAprès le cinéma lundi, on continue dans les oeuvres romantiques. Mardi soir, salle Pleyel, l'Orchestre Philarmonique de Radio-France, dirigé par son chef "titulaire" Myung-Whun Chung, joue:

1. L'Ouverture de Der Freischütz, de Carl Maria von Weber (1821)
Carl Maria von Weber a écrit de superbes compositions pour la clarinette, mon instrument quand j'étais plus jeune. Du coup, le nom m'est familier et agréable. Mais je connais finalement peu de ces oeuvres. Ce soir, extrait d'un opéra. Beaux timbres de cuivres, ça fait très "forêt". Un bon début !

200px-Chopin-scheffer.jpg2. Le Concerto pour piano et orchestre n°2, de Frédéric Chopin (1830)
Au piano, le virtuose russe Evgeny Kissin qui avait déjà joué les concertos pour piano de Chopin à l'âge de 12 ans ! Chopin, vous devez savoir que l'on fête en 2010 le bicentenaire de sa naissance... c'est aussi le cas pour Schumann (le troisième compositeur au programme de ce soir), même si on le sait moins. Revenons au Concerto. Les notes qui s'écoulent sur le clavier évoquent, comme les bois dans Weber, un thème bucolique, un paysage champêtre, ou, plus exactement et en ce qui me concerne, je pense à un nénuphar détaché de sa tige, qui flotte sur un ruisseau au débit irrégulier: beaucoup de légèreté, de fluidité, des accélérations tourmentées et des passages plus paisibles... Evgeny Kissin reviendra pour trois (!) rappels; à chaque fois, une Valse de Chopin (qui en a écrit plein). Evidemment, on est transporté.

250px-Robert_Schumann_1839.jpg3. La Symphonie n°1, de Robert Schumann (1846)
Schumann, à ne pas confondre avec Schubert même si tous deux sont des grands noms de la musique romantique (première moitié du dix-neuvième siècle), écrit, selon le livret-programme, que cette symphonie a été composée alors qu'il était malade, propose ici une oeuvre plutôt joyeuse, aux tonalités majeures, enlevées... les cordes expriment parfois une certaine fébrilité (c'est l'oeuvre qui le veut, l'interprétation était comme toujours irréprochable), mais les tourments ne sont pas tragiques. Ca s'écoute donc sans peine, ce qui n'est pas toujours le cas des oeuvres proposées par l'Orchestre. Mais ça s'écoute aussi sans marquer durablement, ce qui est probablement un peu moins bien !



Pour en savoir plus: Page du concert sur le site officiel de l'Orchestre Philarmonique de Radio-France

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Musique
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories