Rechercher

Archives

19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 23:56
Mardi 19 janvier
Paris 20, MK2 Gambetta

INVICTUS
De C. Eastwood (USA, 2009)

19187639.jpg
Mon appréciation: 7/10

Mandela. Déjà, ça impressionne. C'est quasi-indépassable dans l'histoire récente.

Freeman, pressenti pour le rôle dès l'accession au pouvoir de Mandela, et qui a trouvé l'angle (grâce à un livre) qu'il fallait pour aborder le monument.

Eastwood, pro. Des ficelles énormes, et pourtant la gorge se noue, devant ce "vivre ensemble" qui se construit sur un écran et pour de vrai, il y a 15 ans, quand l'Afrique du Sud accueillait et remportait, contre toute attente, la Coupe du Monde de rugby. Une "identité nationale", une "nation", une "patrie" ? Je déteste ces termes. Simplement une communion de femmes et d'hommes qui surmontèrent leurs peurs et leurs haines respectives pour aller de l'avant. Eastwood est un familier de ces récits bourrés d'espérance.

On veut croire au triomphe de la réconciliation, de la "grandeur" (l'intraduisible greatness). Et on se sent petits, en tant qu'individu, en tant que groupe (je pense à la France, et même à l'Europe). Le fantasme de l'homme/femme providentiel/le ? Sans doute. Mais on a tellement envie de croire que c'est possible.


Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

mélie 22/01/2010 11:19


(Juste, au risque de parler toujours de la même chose, Camus aide à apprécier le mot "patrie". Vraiment.)


davveld 30/01/2010 23:38



C'est noté... "Toujours la même chose": à quoi fais-tu référence ? :P



En Savoir Plus

Catégories