Rechercher

Archives

18 février 2013 1 18 /02 /février /2013 20:53

dettes-d-honneur.gif

 

On ne lit pas Tom Clancy pour la beauté de la langue qu'il emploie (ou alors, nous n'avons pas les mêmes goûts !). Ni pour la psychologie des personnages, dont la typologie est d'une simplicité affligeante quand on compte les pages du livre (un bon millier de pages avec les deux tomes en format poche): il y a les bons, les méchants, une masse de neutres, et une poignée de traîtres. Le patriotisme manque lui aussi de subtilité.

 

En revanche, Tom Clancy est doué pour créer une intrigue sophistiquée avec des données géopolitiques, économiques, stratégico-militaires documentées. Cet épisode des aventures de Jack Ryan (ici Conseiller national à la sécurité pour le Président des Etats-Unis) a été rédigé en 1994: le monde sans l'Union soviétique est encore tout neuf, et l'auteur imagine des coopérations Est-Ouest qui impressionnent par leur optimisme. Quant à la chute du roman (un avion de ligne piloté par un kamikaze s'écrase sur le Capitole en pleine séance parlementaire), elle est d'une force d'anticipation qui fait froid dans le dos. Bon, l'effet suspense est un peu amoindri car j'avais délà lu Dette d'honneur il y a quelques années. Mais les détails de l'intrigue, les rebondissements tiennent quand même en haleine.

 

Au départ de ce roman, les Etats-Unis réagissent à un accident de la route en prenant des dispositions draconiennes contre les importations en provenance du Japon. Le gouvernement nippon n'est pas vraiment aux commandes et est déposé. Dans le même temps, une attaque contre le système informatique de Wall Street est lancé. Et des flottes asiatiques "taquinent" les portes-avions et le sous-marins américains dans le Pacifique et l'Océan Indien. Sans compter un scandale visant le Vice-Président américain, suspecté d'avoir violé une employée qui s'est ensuite donné la mort.

 

On le voit, avec un réalisme (un cynisme ?) très important, on supporte le manichéisme que j'évoquais plus haut... Parce que les médias nous y ont habitué ? Ou parce que nous vivons très bien ainsi ?

 


 

Pour en savoir plus:

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories