Rechercher

Archives

15 novembre 2010 1 15 /11 /novembre /2010 21:21

9782290351291.jpg

 

C'est le troisième des livres de Fred Vargas que m'a prêté Aurélie, et c'est celui que j'ai préféré ! Trois nouvelles de quelques dizaines de pages, avec en fil rouge le commissaire Adamsberg, et aussi des clochards, comme dans  Un peu plus loin sur la droite. Trois nouvelles lues en autant de trajets de métro... Trois nouvelles sans superflu, mais avec du suspense et de l'humain, sans misérabilisme, sans cynisme, sans angélisme non plus. Presque des bijoux !

 

Dans Salut et liberté, c'est l'été. Devant le commissariat du 5ème arrondissement, un clochard s'installe et observe les allées et venues. Le commissaire tolère et même protège, d'autres s'énervent. Dans le même temps, des lettres anonymes parviennent à la police, à propos d'un meurtre non défini... Y a-t-il un lien et si oui lequel entre ces deux non-événements qui troublent la torpeur des vacances ?

 

La nuit des brutes, c'est celle de Noël, durant laquelle on meurt comme les autres nuits, mais pas tout-à-fait non plus comme les autres nuits. Une femme retrouvée noyée dans la Seine... Suicide ou assassinat ?

 

Enfin, dans Cinq francs pièces, Pi Toussaint, clochard, fan de chiffres, et vendeur d'éponges, assiste à une fusillade. Une jeune femme visiblement haut placée est frappée de trois balles. Mais pourquoi Pi parlerait-il ? Lui, ce qui l'intéresse, c'est de vendre son stock d'éponges...

 

Du coup, je risque de continuer à lire des nouvelles de Fred Vargas. Un auteur de plus, chouette !

 

 


 

  Pour en savoir plus :

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories