Rechercher

Archives

22 février 2010 1 22 /02 /février /2010 23:59
Lundi 22 février
Paris 1, UGC Forum Orient Express

BRIGHT STAR
De J. Campion (UK, 2009)


Mon appréciation: 8/10

La première et la dernière impression sont désagréables: la musique de générique comporte des intervalles augmentés et d'autres tensions et frottements qui raidissent; les première images, de couture, contribuent au malaise. Certes, on m'a dit (notamment Télérama) le plus grand bien de ce film, sorti il y a bientôt deux mois, mais est-ce de ceux tellement géniaux que je n'ai pas les clés pour les apprécier ?

Il n'en est rien, on arrive vite sur le savoir-faire de Jane Campion: photo et lumière sont superbes d'un bout à l'autre du film (savoir-faire britannique; vous ne serez pas surpris d'apprendre que la BBC co-finance le film, ce qui représente souvent à mes yeux un très bon signe). Les costumes sont vraiment décalés par rapport à nos vêtements contemporains, j'irais jusqu'à dire assez hideux, mais bon autres temps autres moeurs... Et même des robes que je trouve plutôt moches peuvent être remarquablement portées et embellies. Abbie Cornish a le même profil que Norah Jones (j'aime beaucoup !) et son visage n'est pas sans rappeler une autre chanteuse, Rebekka Karijord (vue au Café de la Danse il y a peu). Le clip de cette dernière correspond tout-à-fait à l'atmosphère de Bright Star. On est en plein romantisme (aussi bien dans l'acception populaire du mot que dans sa portée historique et artistique): la nature, les bois, l'amour impossible, la poésie... Pour faire simple, John Keats, poète au talent naissant (aujourd'hui un classique) dans l'Angleterre du début du 19ème siècle, flirte avec sa voisine, la ravissante mais un peu superficielle Fanny. Superficielle ? Pas si sûr. Elle s'intéresse à la poésie (d'abord au poète, joué très bien par Ben Whishaw) et un peu moins à ses robes et bals. Mais le "protecteur" de John Keats (joué par un acteur qui ressemble à Michael Youn, heureusement en un peu plus raffiné quoiqu'un un peu goujat sur les bords) ne veut pas que le poète soit distrait. Fiançailles impossibles (il n'a pas d'argent), relation en danger (il tombe malade)... oui, c'est une histoire romantique. Magnifique, pas mièvre un seul instant.

Pour en savoir plus sur John Keats: Wikipedia

Bright star

Bright star, would I were stedfast as thou art—
Not in lone splendour hung aloft the night
And watching, with eternal lids apart,
Like nature's patient, sleepless Eremite,
The moving waters at their priestlike task
Of pure ablution round earth's human shores,
Or gazing on the new soft-fallen mask
Of snow upon the mountains and the moors
No—yet still stedfast, still unchangeable,
Pillow'd upon my fair love's ripening breast,
To feel for ever its soft fall and swell,
Awake for ever in a sweet unrest,
Still, still to hear her tender-taken breath,
And so live ever—or else swoon to death.

 (Wikisources)









Wear it like a crown

I don´t know where this fear came from
how I became so afraid of losing everyone
never been afraid of being lonely
now I´m becoming the one I´m most scared of being

I don´t know where this fear comes from
this fear of failing fear of letting everyone and myself down
its growing deep into my soul
making me all paralyzed and cold

It´s two steps forward, three steps back again
I´ll turn my face against it I won´t run
Courage and belif are my redeems
No one else can rescue me it seems

Cause if I don´t follow my heart this time
I´m gonna forget what this life is all about
I´m gonna take that path I´m going in on my own
I´m gonna take that fear and wear it like a crown

Rebekka Karijord: MySpace - Site officiel


Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories