Rechercher

Archives

21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 16:14


Fin de mes cadeaux d'anniversaire "avec des pages", Le tailleur de Panama est le premier roman de John Le Carré que je lis. J'avais vu un film inspiré d'un autre de ses livres, The Constant Gardener. Dans Le tailleur de Panama, nous faisons la connaissance de Harry Pendel, tailleur réputé au Panama, qui accueille tout le gratin du pays et des diplomates dans sa boutique. Un tel carnet d'adresses, à l'heure où doit changer la gestion du canal de Panama, axe stratégique de transport, de commerce, etc., c'est intéressant. Un Britannique ambitieux, membre d'un service de renseignement un peu trouble, recrute Pendel pour que ce dernier le tienne informé des confidences que lui font les décideurs de la région. Pendel, pas très net sur lui, et en plus toujours sans le sou, est ravi de l'aubaine. Andrew Osnard (l'espion anglais) a su trouver les arguments. Mais Pendel n'est pas commerçant pour rien; plus les infos sont payées cher, plus il va en obtenir... ou en inventer. A l'ambassade britannique, on se réjouit, la mayonnaise prend. Mais forcément, Pendel et Osnard se grisent au jeu, et les choses vont devenir de plus en plus risquées.

Le tailleur de Panama repose sur ces petites tricheries anodines au départ, qui ne cessent de surenchérir, jusqu'à en devenir des drames et/ou des crises internationales. Je me prends à espérer que c'est un peu capillo-tracté... même si l'espoir n'est pas une conviction établie ! Le suspense est bien entretenu, l'écriture agréable, avec de multiples sous-chapitres, autant de respiration dans l'action, qui, je dois le reconnaître, pourrait quand même être un peu plus musclée. Le dernier chapitre a un goût d'inachevé, comme si John Le Carré n'avait pas osé porter à son terme la mécanique diabolique qu'il a élaboré patiemment. Il sème le doute sur les milieux "faiseurs d'opinion" (industriels, journalistes, politiques), mais là encore, c'est suffisamment "abracadabrantesque" pour être indolore (ou "faire pschitt" pour poursuivre avec les citations de Jacquot).


Pour en savoir plus:

L'auteur sur Wikipedia
Le roman sur Wikipedia
Et le site éditeur a progressé, un peu moins buzzer/buyer-unfriendly qu'avant. D'où... ce lien !

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

May 27/08/2009 10:20

C'est tout blanc, ici. Cela a un petit air d'été et de liberté.

davveld 02/09/2009 01:31



Peut-être un peu trop blanc d'ailleurs, ça fait un peu stérile/austère... Mais oui, ça "allège". Il faut bien, de temps de temps !



En Savoir Plus

Catégories