Rechercher

Archives

6 avril 2009 1 06 /04 /avril /2009 22:56


Je suis fan de Vienna Teng. Je vous en avais parlé ici et surtout là. Et puis après le concert à Montclair (New Jersey, il y a presqu'un an); je dois à Radio Paradise sa découverte, mais à Rémi le concert de ce jeudi 2 avril. Oui, car Vienna Teng est en tournée à l'occasion de la sortie de son quatrième album, Inland territory. En tournée aux Etats-Unis naturellement, mais aussi en Europe. Ou plus précisément aux Pays-Bas, en Autriche et en Allemagne. La France ? Non, pour une histoire de maisons de disques, m'a-t-elle expliqué.

Bref, je suis fan, mais n'avais pas suivi les différentes dates. Quand Rémi propose sur Facebook des places de covoiturage pour son concert du samedi 4 à Karlsruhe, je regrette de ne pas être disponible. Mais en regardant les dates et les villes de ses concerts, je me demande si je ne pourrais quand même pas assister à l'un d'eux, sans aller aux States comme en avril dernier. Les génies franco-allemands m'entendent, car Kaiserslautern est à 2h30 de Paris, en Intercity Express direct. Jeudi, ce n'est pas trop cher, les horaires conviennent... C'est parti ! Je trouve même un hôtel à quelques centaines de mètres du KammGarn Cotton Club où a lieu le concert et à 30 mn à pied de la gare... Génial, non ? Le planning serré, qui ne laisse aucune place à l'imprévu, se déroule parfaitement: jeudi 17h, Paris. Jeudi 19h30, gare de Kaiserslautern; 20h10 hôtel; 20h35 KammGarn (concert prévu à 20h30). 23h hôtel. 7h20 le vendredi, départ de Kaiserslautern, arrivée à Paris à 9h50 et au bureau avant 10h30. Pas mal non ?


Le concert valait le déplacement. Dans un Cotton Club très sympathique (dans une ancienne usine, ça me rappelle le Nord de la France !), avec de la bonne bière allemande, Vienna Teng et ses deux musiciens, dont Alex Wong, co-producteur de son album, commencent par les "tubes": Whatever you want, Blue Caravan. Avant d'interpréter le dernier album donc, Inland territory, plus mâture, plus assuré, folk qui flirte avec la pop (pour White light, on pense à Sharleen Spiteri), mais aussi le klezmer (In another life), le latino (No gringo) ou même Camille. Du pur bonheur. Après plusieurs rappels, le concert se clôt avec Soon love soon, la salle assurant les choeurs. Frissons. Quel talent !

On peut acheter le nouvel album, se le faire dédicacer. J'en profite ! Depuis vendredi, les pistes tournent en boucle dans mon iPod. Fan, vraiment.










Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Musique
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories