Rechercher

Archives

3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 01:35
Mardi 2 décembre
Paris 19, MK2 Quai de Seine

SOUS LA CAGOULE
Documentaire de Patricio Henriquez (Chili, 2008)
dans le cadre des Mardis de Courrier International


Voir les éditions précédentes: juin - avril - mars - février

Mon appréciation: 7/10

Deuxième documentaire de ce réalisateur chilien que nous propose Courrier International cette année. Après la désobéissance des soldats en avril, nous voilà confrontés à la torture par la la plus grande puissance du monde, et qui en plus a exporté (et continue à le faire) son savoir-faire dans le domaine. Oui, les Etats-Unis sont au centre du documentaire de Patricio Henriquez. Comme dans son précédent film, nous naviguons dans différents pays: la France, l'Irak, l'Aghanistan, les Etats-Unis, l'Argentine, le Guatemala... Dans tous ces pays, des gens ont été ou sont torturés par l'armée américaine et/ou des sous-traitants. Les documents sont accablants, bien entendu avec un air de déjà-vu après Abou Ghraib. Les images n'en restent pas moins quasi-insoutenables (et c'est tant mieux). Les parallèles que fait le réalisateur (l'Inquisition espagnole pour le côté historique, sinon on a donc la propagation des méthodes d'interrogatoires à tout le continent américain à travers les accords de coopération et de formation conjointe des armées) sont intéressants, parfois surprenants et d'une pertinence à étudier.

Le documentaire (qui n'a rien à voir avec celui d'hier, même si l'on traite dans les deux cas des Etats-Unis) est bien documenté (ce n'est pas toujours le cas !), bien construit, pas dans le pamphlet. Comme dans un autre documentaire projeté dans le même cadre, l'horreur des exactions est renforcée quand le coupable est quelqu'un qui prétend venir vous aider et vous protéger (les Casques Bleus en République démocratique du Congo; la "coalition" contre le terrorisme en Afghanistan et en Irak). Comme dans Désobéir, du même réalisateur, on est un peu sceptique sur les moyens de réagir

A la différence d'avril, Patricio Henriquez était présent ce soir, pour débattre avec la salle. Le débat a été d'une très bonne tenue (c'est toujours un peu la surprise, il y a du meilleur mais aussi des énergumènes et du pire; mais ce soir pas de hors-sujets ou autres), malgré les réponses parfois un peu longues et un peu évasives... j'ai donc manqué de temps pour interroger le réalisateur sur sa vision de l'armée: dans Désobéir, il semble promouvoir la contestation des ordres, ce qui est contraire au principe de l'armée; dans Sous la cagoule, il explique bien que les simples exécutants sont parfois punis s'il y a scandale (Abu Ghraib), mais les commanditaires sont à l'écart; or, l'une des clés pour le changement des mentalités et des comportements ne serait-il pas de travailler avec les officiers supérieurs, les vrais responsables... et donc les vrais décideurs pour que la torture d'Etat cesse ?

Hamdam (la "rabatteuse" de Courrier International) avait bien mobilisé ses troupes ce soir. En janvier, direction le Turkménistan, ses yourtes, son dictateur. J'ai à nouveau insisté pour un documentaire "positif", comme celui de février dernier... car s'informer, s'interroger, se révolter c'est nécessaire, mais se projeter dans des initiatives qui fonctionnent, c'est bien aussi ! A suivre donc.

 

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories