Rechercher

Archives

23 novembre 2008 7 23 /11 /novembre /2008 01:17

Samedi 22

Paris 19, MK2 Quai de Seine

 

THE DUCHESS

De Saul Dibb (UK, 2008)

 

 

 

 

Mon appréciation: 7/10

 

Keira Knightley est l'égérie de The Duchess. Les affiches et les doubles pages de pub en témoignent. Mais je n'avais pas réalisé que c'est aussi l'une des actrices d'un de mes films préférés, radicalement différent (notamment au niveau de son rôle), Joue-la comme Beckham (vu en novembre... 2002 (!) avec aussi Jonathan Rhys Meyers avant Woody Allen). Et (on m'avait prévenu), c'est vrai qu'elle se rapproche d'une silhouette "squelettique", ce qui est dommage (elle est magnifique, pourquoi doit-elle être si fine ?). Hormis ces considérations esthétiques naturellement objectives et désintéressées, je trouve aussi que cela dessert sa crédibilité, dans The Duchess, où Georgina, son personnage, a accouché au moins cinq fois (enfin, trois viables et deux fausses couches)

 

Georgina devient donc, au début du film, et en vertu des arrangements familiaux que les mariages étaient à cette époque, l'épouse du duc du Devonshire (très bon Ralph Fiennes). Le duc est de son époque, peu doué pour la tendresse, conscient de son rang, vite ennuyé par les nouveautés. Georgina, elle, s'intéresse à la politique (on est entre l'indépendance des Etats-Unis et la Révolution française, autant dire que les politiciens anglais sont bien occupés) et se fait adorer de tout le monde (sauf de son mari, comme le dit très bien une phrase dans le film). Elle enfante des filles, ce qui dégrade sa situation auprès du duc (le contrat de mariage comprenant des fils). Bien imprudemment, elle héberge une confidente (qui, elle, a déjà donné naissance à trois garçons). Alors que le duc peut la tromper, elle constate (surprise !) que la réciproque n'est pas vraie...

 

Voilà pour le scénario, pas extraordinaire. Il faut savoir (merci les journaux, parce qu'en France on n'est pas au courant - merci aussi la bande annonce, que je n'avais pas vu avant de la mettre sur ce billet) que le personnage de la duchesse était l'arrière-arrière grande-tante de Lady Di, et Marie-Antoinette une de ses amis. Forcément, ça intéresse nos amis anglais.

 

En conclusion, un "film en costumes" réussi, typique des docu-fictions de qualité des cinéastes de la BBC (tiens, en voilà un, de service public de qualité), à rapprocher de Deux soeurs pour un roi.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories