Rechercher

Archives

6 octobre 2008 1 06 /10 /octobre /2008 22:48


J'avais découvert Céline Minard il y a un an et demi. Un pavé, foisonnant, un peu exigeant pour le lecteur pas très attentif. Son dernier roman, paru pour la rentrée littéraire, est nettement plus petit. Une centaine de pages.

La langue est encore maniée de façon virtuose. Ca ressemble à du français du quinzième siècle (récit et narrateurs sont situés dans les années 1430), avec des anglicismes, des anachronismes, des arts martiaux en pleine France du Moyen-Âge. La syntaxe est déconcertante, c'est plein de références, j'ai dû manquer quelques trouvailles, mais qu'importe, j'ai bien aimé. Plus que Le dernier monde, donc.

De quoi ça parle, me demande-t-on ? En Haute-Marne, des "seigneurs de guerre" (des batards de la famille royale) conçoivent leur vie comme une série de massacres et de tortures, d'enfants, de vieillards, de femmes, d'ecclésiastiques. Il y a d'ailleurs des passages assez durs. Très durs. Mais quelques combattants parviennent à tenir en échec le Bastard de Bourbon. Avec quelques mercenaires qui savent retourner leur veste au bon moment, ils parviennent à reprendre la ville de Chaumont aux troupes des assoiffés de sang. Il s'agit maintenant de ne pas devoir subir la vengeance du Bastard...

Pour en savoir plus:
Résumé, descriptions et interviews sur le site éditeur
Voir aussi Télérama

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories