Rechercher

Archives

20 août 2008 3 20 /08 /août /2008 22:15

Dans le précédent épisode, le marié, les demoiselles d'honneur et les invités étaient partis pour l'appartement des parents de Kasia...

Arrivée donc en bas de l'immeuble, il paraît qu'Hervé et la famille proche doivent monter au onzième... Il s'agit d'y recueillir la bénédiction des parents de la mariée, et de partir pour l'église. Pendant que les choses se déroulent au onzième, photo shooting en bas du paté d'immeubles, certains très colorés, d'autres moins. On s'étonne que des Fiat Polski soient sortis de leur emplacement de parking et "tunées" en plein milieu du parcours... mais quand le couple arrive, la tradition est aussi expliquée. Il est d'usage que les voisins (y compris les enfants sur la photo) fassent obstacle aux mariés... La limousine est donc arrêtée par deux Polski (le contraste est génial), malencontreusement en panne. Mais une bouteille de vin (français) pour chacun des apprentis mécaniciens, et la panne est réparée... Le barrage routier version polonaise est des plus sympathiques.



(Photo 4: Christine Bouhours)


Le cortège parcoure quelques dizaines de mètres pour atteindre l'église Saint-Joseph d'Oswieczim, une église moderne, pas trop chargée (ce que j'apprécie), avec des formes arrondies en bois d'un bel effet. Il s'agirait d'une église oecuménique, ce qui est probable vu la discrétion de la statue mariale. Nous prenons place, l'église est un peu grande pour l'affluence (mais nous sommes en semaine, la veille d'un long week-end: les gens travaillent encore), et la messe débute presque en avance. Tout en polonais, de facture ultra-classique, sans imagination débordante (que ce soit la Marche nuptiale ou le texte biblique), efficace. On nous avait prévenus qu'il n'y avait pas de feuille de déroulement pour les chants, les Polonais les connaissant par coeur. Eh bien les Polonais ont été décevants ! Les cantiques étaient tristounets.

(Photo 2: Sébastien Bei)


Sortie de la messe. Nous avions prémédité, grâce au petit guide préparé par le couple pour les invités français, le lancer de "groszys" et autres "cents" (en lieu et place de riz). A l'aéroport de Beauvais d'ailleurs, nous avions réclamé la monnaie de nos cafés en pièces det 1 et 2 cents (à l'étonnement de la caissière, qui a apprécié le geste, et qu'on a aussi informé, il n'y a jamais de mauvaise occasion d'apprendre). Normalement, celui des mariés qui en ramasse le plus tiendra les cordons de la bourse... mais notre couple n'est pas joueur et fait panier commun. Entre groszys polonais, cents d'euros, de dollars US et même canadiens, et je ne sais quelles autres monnaies, ils vont s'amuser à faire les comptes ! ;)


Après la messe, tout le monde se dirige vers la Salle des mariages de Bujakow, où la fête va avoir lieu. C'est évidemment la partie la plus intéressante, et c'est donc tout naturellement que je vais vous faire patienter (sachez quand même que la localité de Bujakow est extrêmement réputée sur Facebook depuis quelques jours).

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Vacances, voyages
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories