Rechercher

Archives

28 juillet 2008 1 28 /07 /juillet /2008 22:50

Dimanche 27
Paris 20, MK2 Gambetta

LE PREMIER JOUR DU RESTE DE TA VIE
De R. Bezançon (F, 2008)




Mon appréciation: 7/10

Une histoire de famille, des années 80 aux années 2000; du départ du premier fils à l'émancipation post-crise d'adolescence de la dernière, en passant par d'inévitables rites initiatiques, quelques décès, des coups de gueule et des réconciliations. Pas besoin de beaucoup d'imagination, le scénario repose sur une identification rapide et forte aux personnages. Le grand-père, à la peau dure mais pas impénétrable; le père, chauffeur de taxi incapable d'arrêter de fumer; la mère, qui reprend des études pour rester jeune; l'aîné, qui devient chirurgien esthétique; le cadet, qui cherche sa voie et sera la passerelle entre les générations (entre oenologie, air guitar et fantômeries); et la benjamine, ado typique à la recherche des limites. Des personnages très attachants, avec leurs rêves et leurs bassesses.

Les acteurs sont très bons et contribuent au caractère attachant des personnages. La réalisation est efficace sans être brillante (des ficelles un peu grosses au début, avec le gag lourd de la poutre trop basse par exemple). On sent des inspirations klapischiennes (le générique de début ressemble beaucoup à celui de L'auberge espagnole). Pas forcément très créatif donc. La musique (Sinclair, Daho) est à la limite du démago (un peu envahissante, elle couvre probablement des faiblesses de la réalisation, qui sont ici noyées dans du quasi-mélo).

C'est le second film de Rémi Bezançon que je vois (le premier, c'était Ma vie en l'air). Il réalise des films sympas, idéaux pour des soirées DVD. Pas encore de chef d'oeuvre, mais ça peut encore venir.

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories