Rechercher

Archives

25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 23:04


Je continue sur les recueils de nouvelles. Mais là, changement de registre par rapport à Russell Banks. Woody Allen, par ailleurs l'un de mes réalisateurs préférés, dont je ne manque plus aucun film, a plusieurs cordes à son arc (il est clarinettiste, et donc aussi écrivain).

Nous ne sommes pas dans des familles aux pères défaillants, dans le New Hampshire, mais plutôt dans la communauté juive de New York. On ne trouve pas de réalisme, mais plutôt du fantaisiste, voire du complètement absurde. Un autre regard sur les Etats-Unis, qui pointe d'autres travers de la société (la première nouvelle décrit le désespoir et la déchéance d'une famille qui n'a pas réussi à faire entrer son rejeton dans une maternelle prestigieuse; d'autres décrivent les déboires de naïfs qui sont prêts à s'humilier dans des sectes, ou à se ruiner pour des artistes obscurs, tout cela bien entendu au juteux bénéfice d'habiles escrocs).

L'humour est souvent efficace, mais comme il y a aussi beaucoup de name-dropping, on est parfois perdu dans les références dont on ne dispose pas...

Pour l'instant, je préfère quand même les films de Woody Allen à ses nouvelles déjantées, pistes de scénarii qu'il faudrait bien trier avant d'en faire des films !

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

Cachou 31/07/2008 10:48

Justement, j'hésitais à l'acheter! J'adore Woody Allen mais je me demandais si l'humour dont il fait preuve au cinéma n'allait pas être un peu "lourd" dans un livre.

davveld 01/08/2008 22:07



Lourd, non. Mais parfois impénétrable. Le reste du temps, on sourit et j'ai même dû me retenir d'éclater de rire dans le métro une ou deux fois (la première nouvelle, sur les parents qui ne sont
pas arrivés à inscrire leur enfant dans une maternelle prestigieuse). Bon, elle est tellement courte celle-ci qu'elle peut se lire chez le libraire, sans acheter le bouquin !



En Savoir Plus

Catégories