Rechercher

Archives

18 janvier 2008 5 18 /01 /janvier /2008 23:57

aya3.jpgAya de Yopougon avait eu un prix à Angoulême en 2006; j'avais beaucoup aimé les deux premiers tomes, c'est donc sans hésitation que j'ai acheté le troisième peu après sa parution. Mais ayant tardé à récupérer les deux premiers, que je souhaitais relire pour me remettre dans le récit et l'ambiance, ce n'est que cette semaine que j'ai pu lire le troisième album. Nous y suivons toujours Aya et ses amies Adjoua et Bintou dans leur vie quotidienne à Abidjan. Les rebondissements sont plus variés que dans le deuxième album.

Aya, qui est à Yopougon ce qu'Amélie Poulain est à Montmartre (j'ose la comparaison), doit gérer des parents pas très responsables (son père envisage d'épouser sa maîtresse, le père de Bintou doit aussi faire face à des promesses un peu trop vite prononcées...), des amis timides et manquants d'assurance -même s'ils progressent- (Hervé, le mécano travailleur qui devient bailleur de fonds, Féli, la bonne de la famille, très timide mais candidate à Miss Yopougon, le coiffeur aux préférences sexuelles différentes...), et sa propre vie (ses études).

Polygamie, homosexualité, micro-crédit, émigration vers l'Europe, à la différence de certains, ici, pas de démagogie. Des sujets sérieux, mais surtout de l'humour, de la tendresse, et un plaidoyer pour cette prometteuse jeunesse africaine. Merci à l'auteur et au dessinateur pour ces pages remplies d'espoir. Vraiment, j'aime beaucoup !

Site éditeur - Amazon

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories