Rechercher

Archives

4 janvier 2008 5 04 /01 /janvier /2008 00:20

Jeudi 3
Paris 19, MK2 Quai de Seine

CALIFORNIA DREAMIN'
De Cristian Nemescu (Roumanie, 2006)

18869625.jpg


Mon appréciation: 16/20
Nouvelle notation 2008: 7/10

Cristian Nemescu est mort accidentellement quelques mois avant d'avoir fini son film; comme le remarque le critique de Télérama, la seconde partie de California Dreamin' s'en ressent. C'est un peu comme La Graine et le Mulet, ça dure plus de 2h30 avec probablement une demi-heure de trop. Mais qu'importe.

Un petit village en Roumanie. Le chef de gare trafique, comme tout le monde ou presque en cette fin de vingtième siècle. Arrive un train qui convoie des soldats américains et du matériel à destination du Kosovo (vous savez, ce qui a été appelé une "guerre humanitaire" -tiens, F. Rubio en a parlé-, et qui, comme c'est dit par le chef de gare, se finit par des civils tués). Mais les autorisations verbales en haut lieu n'impressionnent pas notre chef de gare, qui bloque le train. Il lui faut des papiers écrits.

Le capitaine américain a du mal à garder son calme (on le comprend) (une scène d'anthologie quand, tel un évangéliste américain, il motive les villageois à s'activer), le maire du village se réjouit de l'aubaine (on va parler de son village, autant être hospitalier, quitte à re-fêter le centenaire du village une deuxième fois), et les jeunes femmes partent littéralement à l'assaut des Marines, symboles de ce riche et exotique Occident, des espoirs fous d'une génération qui a découvert la société de consommation et sa publicité sans en bénéficier.

Choc des cultures, mauvaise foi hallucinante de l'escroc chef de gare, audace et beauté des Roumaines, on trouve tout cela dans California Dreamin'. Une comédie donc ? Non, la réalité dépeinte n'est pas plaisante, les rancoeurs cachées ne tardent pas à resurgir, chez les générations les plus âgées. Les plus jeunes ne veulent pas perpétuer le système et cherchent d'abord à y échapper, de façon désespérée presque, mais le film s'achève sur une situation à la fois plus rationnelle et plus porteuse d'espérance. Tant mieux !

Léger regret, la permanence de la caméra à l'épaule était peut-être inutile, quelques plans moins bousculés n'auraient pas nui à l'ensemble.

Allez, l'occasion de fêter le 1er anniversaire de l'entrée de la Roumanie (et la Bulgarie) dans la grande famille de l'Union européenne (d'ailleurs j'avais aussi vu un très bon film roumain en tout début d'année 2007). Que les espoirs de paix et de prospérité se concrétisent !

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Cinéma
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories