Rechercher

Archives

9 juin 2015 2 09 /06 /juin /2015 17:08
Gravures originales de Jules Férat (source: http://jv.gilead.org.il/rpaul/Une%20ville%20flottante/)
Gravures originales de Jules Férat (source: http://jv.gilead.org.il/rpaul/Une%20ville%20flottante/)

Gravures originales de Jules Férat (source: http://jv.gilead.org.il/rpaul/Une%20ville%20flottante/)

C'est un court roman qui ne fait pas partie des plus célèbres de Jules Verne, et il est vrai que c'est loin d'être le meilleur. Il commence un peu comme le Titanic, un navire démesuré qui traverse l'Atlantique, avec l'illusion de dominer les éléments. Mais le progrès technique est-il uniquement positif ? Des ouvriers et des matelots trouvent la mort dans des travaux et des manoeuvres: sacrifices nécessaires ou témoins de l'aveuglement des industriels ?

Sur ce navire, l'auteur, qui a effectué lui-même le voyage avec son frère, nous fait suivre un groupe de passagers. Le narrateur retrouve à bord un ami rentrant des Indes, visiblement désespéré. La femme qu'il aimait a dû en épouser un autre... Mais le narrateur et d'autres constatent que cet autre est lui aussi à bord du Great Eastern ! Ils veulent éviter une rencontre, qui tournerait en confrontation. Mais le steamer, malgré ses dimensions et ses machines, n'est pas très rapide et le temps est long...

Jules Verne aborde ici le sujet des communications transatlantiques, dépeint le microcosme composé des passagers d'un paquebot, et propose un peu de tourisme jusqu'aux chutes du Niagara. Son intrigue est très simple, son dénouement franchement maladroit. Il faut parfois des textes moins bons pour mieux apprécier les autres !

Pour en savoir plus :

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories