Rechercher

Archives

25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 15:11
Ce doux pays, de Åke Edwardson

Le commissaire Winter est de retour après ses six mois sabbatiques en Espagne. Comme dans tant de métropoles de pays privilégiés, Göteborg compte aussi toute une population discrète, qui fonctionne un peu en vase clos, qui cherche à éviter le contact avec les autorités et les services publics, une population formée de gens venus de pays où leur vie était menacée, dans lesquels la confiance ne peut pas aller au-delà du cercle de la communauté. C'est cette population que l'équipe d'enquêteurs du commissaire devra approcher, pour essayer de comprendre ce qui a pu se passer dans une épicerie ouverte 24 heures sur 24, en périphérie de la ville, mais aussi dans un appartement des quartiers nord: plusieurs personnes ont été abattues ou tuées avec des moyens radicaux. Le problème, bien sûr, c'est que dans cet univers précarisé par l'exil, les identités sont multiples et les interlocuteurs fuyants, aux deux sens du terme. Autant dire qu'il faut beaucoup de temps avant de trouver une piste qui puisse vraiment être suivie !

Après une petite lassitude envers le style de l'auteur dans Chambre numéro dix, j'ai lu avec plaisir cette nouvelle enquête, qui aborde une question bien d'actualité, celle des difficultés pour des exilés à reconstruire des vies à l'étranger, loin de leurs racines, dans des cultures très différentes de celles de leurs origines. Rédigé en 2006, ce roman prend appui sur des évolutions géopolitiques majeures, dont nos sociétés occidentales n'ont probablement pas saisi la pleine mesure. Quant à l'intrigue, elle est assez efficace. Je vais donc continuer le cycle !

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories