Rechercher

Archives

25 octobre 2014 6 25 /10 /octobre /2014 21:44

Dans un "avertissement" qui ouvre le livre, Joël Schmidt affirme qu'il est conscient que le genre de l'uchronie n'est pas des plus familiers de la culture française. Certes. Mais je pense qu'il y a différentes façons de rédiger dans un esprit "uchronique"; celle adoptée pour La Saint-Barthélemy n'aura pas lieu ne m'a pas du tout convaincu.

A l'origine, cette année 1561 durant laquelle Catherine de Médicis, qui exerce la régence, tente de faire naître une certaine coexistence pacifique et respectueuse entre protestants et catholiques. En "vrai", le colloque de Poissy échouera. Sous la plume de Joël Schmidt, la régente met tout son talent politique et son autorité pour que les deux camps cessent de se battre. Du coup, la monarchie passe au protestantisme, et une bonne partie de la noblesse puis de la France aussi. Les rôles sont renversés. La situation diplomatique du royaume est très différente, car les alliances sont redistribuées sur des fondements confessionnels. L'économie nationale connaît des fortunes diverses...

Le potentiel est intéressant, pourtant je n'ai pas aimé le livre:

  • d'abord parce qu'il se focalise trop sur la dimension confessionnelle pour relire l'Histoire; celle-ci a son importance mais je pense qu'elle est exagérée ici;
  • deuxième raison "historique": en gardant les "dates-clés" de l'histoire de France, Joël Schmidt semble au contraire affirmer qu'un changement de confession d'Henri III n'aurait pas empêché Ravaillac, la Fronde, etc. et donc que Napoléon (par exemple) était inéluctable. Or propose-t-il une uchronie ou un survol (certes érudit) de l'histoire de la France moderne en se concentrant sur l'appartenance confessionnelle des élites ? En gardant la trame des dates charnières, le livre devient davantage un catalogue des protestants influents de ces temps-là, auxquels on a adjoint quelques figures (Richelieu, Louis XVI...), qu'une histoire vraiment alternative.
  • enfin, mon dernier reproche se résume à une attente littéraire déçue, qui découle de ce qui précède. Là où j'attendais un roman historique alternatif, se concentrant sur des personnages fictifs ayant des liens avec des personnages historiques dont on se serait permis de changer la confession, pour partir dans un univers historique original, je me suis retrouvé avec ce condensé d'histoire confessionnelle des élites françaises jusqu'en 1905 (il aurait fallu s'arrêter bien plus tôt pour le roman que je pensais lire).

Malentendu sur le projet du livre ou déception partagée ? Si vous l'avez lu, n'hésitez pas à me dire ce que vous en avez pensé !

La Saint-Barthélemy n'aura pas lieu, de Joël Schmidt

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories