Rechercher

Archives

4 décembre 2013 3 04 /12 /décembre /2013 11:11

Relectures, suite. Retour dans l'univers créé par Åke Edwardson autour du commissaire suédois Erik Winter, dont c'est la troisième enquête. Et comme je l'expliquais dans ma première recension, Ombre et soleil joue sur les frontières symboliques: celle séparant sphères privée et professionnelle en ce qui concerne la vie des policiers, et celle séparant le vingtième du vingt-et-unième siècle, le deuxième du troisième millénaire.

Le roman prend son temps avant que l'horreur n'apparaisse et ne le transforme en thriller. On voyage entre la Suède et les communautés suédoises expatriées, soleil oblige, en Espagne. Le père du commissaire est mourant. Winter, lui, est victime d'un pickpocket et prend des risques, pour son couple. Or sa compagne, Angela, emménage chez lui à Göteborg et s'apprête à donner naissance à son enfant. Jusque là, du banal. Mais un couple est retrouvé, assassiné, affreusement mutilé, et l'enquête peine à trouver des semblants de pistes. En cause, des moeurs libérées, mais des tabous sociaux forts, qui rendent difficile l'identification de certaines habitudes des victimes. La police doit aussi plonger dans une musique troublante, le death metal et ses accointances satanistes.

Dans Ombre et soleil, Åke Edwardson sonde les mécanismes d'une société désorientée; où les questions de morale ne trouvent plus les réponses (certes imparfaites, mais existantes) des décennies passées. Police, famille, et hommes et femmes de foi (oui, c'est l'une des spécificités intéressantes d'Edwardson, cette pasteure luthérienne comme personnage secondaire) sont malmenés. C'est sombre, sans illusion, d'un réalisme heureusement tempéré par l'absence totale de voyeurisme. Probablement un des meilleurs titres de cette série d'enquêtes.

Pour en savoir plus:

Ombre et soleil, de Åke Edwardson - 2

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories