Rechercher

Archives

9 novembre 2013 6 09 /11 /novembre /2013 16:39

Milieu des années 1960, dans les Adirondacks, ce massif montagneux du nord-est des Etats-Unis, cadre de nombreux romans (par exemple La Réserve, de Russell Banks). Marit Kraeck, marginale vivant dans une cabane, abandonne dans la boue ses deux filles, Jewel et Jedina. La cadette, Jedina, est recueillie par la famille Skedd, qui se spécialise dans l'accueil temporaire d'orphelins. Ce n'est plus l'enfer, mais ce n'est pas non plus une enfance heureuse... Plus tard, un couple quaker, les Neukirchen, prend la jeune fille sous sa protection.

Année universitaire 2002-2003. M. R. Neukirchen, docteure en philosophie, est la première femme à présider une des grandes universités du pays. Une réussite semble-t-il. Mais sur le campus, certains professeurs conseillent l'administration Bush pour lancer l'invasion de l'Irak. M. R. est horrifiée par l'esprit belliciste de l'époque. Un soir, un étudiant néo-conservateur est victime d'une agression. Comment traiter l'incident ?

Soudainement, la présidente impeccable adopte un comportement étrange: elle prend des détours et manque des réunions importantes, elle semble fébrile, prend des décisions qui surprennent ses collègues... Son passé la harcèle, et elle manque de proches à qui se confier (elle a bien un amant, secret, lui aussi universitaire, mais la relation n'est pas satisfaisante). Les événements se bousculent.

L'héroïne de Joyce Carol Oates "perd pied"; nous la suivons durant ces quelques mois autour de la guerre "préventive", avec des retours dans son enfance et son adolescence. Des chapitres mettent mal à l'aise, leur lecture est parfois difficile à supporter, ce qui constitue à la fois une preuve du talent de la romancière et une limite du texte, que je ne recommanderais pas à tout le monde. L'écriture est efficace, les ressorts dramatiques sont parfaitement maîtrisés, et les sujets choisis avec finesse (la carrière d'une femme dans le monde universitaire américain; la façon de vivre avec un passé traumatisant...). C'est donc un "bon" Joyce Carol Oates, mais pas mon préféré.

Pour en savoir plus:

Mudwoman, de Joyce Carol Oates

Partager cet article

Repost 0
Published by davveld - dans Livres
commenter cet article

commentaires

En Savoir Plus

Catégories